ESP

Fin de la formation à la relation d'aide 2011-2014 et ouverture d'une 4ème année

FIN DE LA FORMATION A LA RELATION D'AIDE

Ainsi s'est terminée en ce mois de juin 2014, la formation à la relation d'aide qui a rassemblé pendant 3 ans une tretaine de personnes d'horizons différents, sous l'égide de l'association ESP. Tous les temps ont été animés par l'organisme Empreinte Formation.

Cette dernière séance a été l'occasion de faire le bilan avec Valérie Duval-Poujol, formatrice. 3 choses sont revenues dans les échanges décrivant ce qu' a été ou a pu apporter cette formation :

- Une ambiance conviviale et amicale entre les participants qui ont appris à se connaître et à vivre ces temps de la façon la plus partagée et agréable qui soit;

- des moments de remise en question certaine pour les uns et pour les autres, en lien avec les apports des différents formateurs, les questionnements suscités par ceux-ci et les nombreux échanges des uns avec les autres, en pleinière ou en aparté. Réel inconfort du début qui s'est transformé au fil du temps en véritable enrichissement avec ses acquis en terme d'ouverture et de compétences:

- enfin, comment pratiquer comme conseiller? Une question surgissant comme si la formation avait semé plus de doutes que de certitudes dans les esprits. En d'autres termes, nous sentons-nous prêts à exercer comme conseillers déjà - tout au moins pour ceux qui n'ont jamais exercé? C'est là sans doute un gage de sérieux pour les futurs conseillers, et une garantie tout de même pour les écoutés.

Cette dernière séance s'est terminée par des travaux de bilan en groupes avec compte rendu en plénière avant la remise des certificats de Conseiller en Relation d'Aide.

Photos

Mais une formation complémentaire se met en place à partir de septembre prochain sur l'accompagnement spirituel à travers un regard actualisé sur le monde et l'interprétation de la Bible. Elle ouvre ses portes le 4 octobre prochain.

 OUVERTURE D'UNE QUATRIEME ANNEE DE FORMATION

Lire la suite

Participation au projet européen MIEU

MIEU - Migration In European Union avec l'Entraide Protestante de Toulouse

logo-mieu-02-2.jpg

Il s'agit d'un projet partenarial de formation interactive sur l’accompagnement des migrants, porté par les diaconies de Baden (Allemagne), de Valdès (Italie), des églises Luthériennes de Budapest (Hongrie) et l’Entraide Protestante de Toulouse (France), dans le cadre du programme européen Grundtvig.

Toore Pellice: lancement du projet
L’Europe est aujourd’hui témoin d’une crise économique et financière majeure qui se traduit par de nouveaux mouvements migratoires tels que l’exil des réfugiés d’Afrique du Nord vers l’Italie, le phénomène d’émigration grecque ou encore l’arrivée des migrants économiques ou expatriés dans la région toulousaine, en provenance entre autres de l’Europe de l’Est ou d’Allemagne. Ces nouvelles formes de migrations sont l’objet de nombreuses interrogations à l’échelle européenne.
Ainsi, à travers les échanges et le partage d’expériences dans l’accompagnement des migrants, les partenaires du projet MIEU voudraient parvenir à une vision générale des flux migratoires en Europe et faire ressortir les bonnes pratiques et méthodes de travail. Notre réseau de bénévoles européens étant déjà constitué, le défi pour nous aujourd’hui est de travailler aux modalités d’accompagnement permettant de soutenir les populations migrantes en situation de marginalisation ou d’isolement afin de prévenir l’exclusion sociale. 
A terme, le projet permettra de former et d’impliquer les migrants eux-mêmes dans ce travail d’accompagnement. Cela a même déjà commencé dans notre réseau d’échanges avec notamment les projets d’éducation de base menés auprès de la communauté Rom par nos partenaires roumains - dont le projet particulier n’a malheureusement pas été validé par l’Agence Europe de leur pays.
img-20130219-152306-1.jpgfebruar-2013-048.jpgCe projet de formation concerne non seulement les professionnels ou bénévoles intervenant auprès des publics migrants, mais également un public plus large, en vue d’une diffusion des connaissances sur les migrations en Europe. Visant l’intégration des populations migrantes dans leur pays d’accueil, le projet MIEU s’appuie sur le principe de l’interculturalité comme support essentiel dans le processus d’intégration européenne.
Quatre principales rencontres sont ainsi programmées jusqu’en 2014 : trois ateliers du 20 au 23 février 2013 à Budapest, du 12 au 14 juin 2013 à Karlsruhe et du 21 au 24 octobre 2013 à Torre Pellice, puis une réunion finale en mai 2014 à Toulouse. Pour ce qui est de Toulouse, une délégation composée d’apprenants (bénévoles ou professionnels) et de formateurs (experts) proposés par l’Entraide se rend à chaque rencontre avec nos partenaires européens.
Toulouse: atelier local 2
Plusieurs Membres d'ESP participent au projet soit comme bénévole de l'Entraide Protestante de Toulouse, soit comme membre d'association membre de la Fédération de l'Entraide Protestante.
Le prochain atelier local aura lieu le samedi 12 septembre à 18h dans les locaux de l'Entraide Protestante: 

70 rue Pargaminières – 31200 Toulouse
Tel : 05 61 29 81 34 - Fax : 05 61 12 42 78
entraide.protestante@wanadoo.fr
 

Donner sens à sa vie en ce temps de toutes les crises

Dans le cadre de son activité "Cercle de partage", l'association Ecoute et Solidarité Protestantes (ESP) vous invite à une rencontre avec Claude Meynckens, ancien pasteur et psychothérapeute, autour du thème: "Donner un sens à sa vie en ce temps de toutes les crises", ce vendredi 3 février 2012 à 20h, au Centre Protestant de l'ERE, 24-26 rue du sergent Vigné, Toulouse - La Côte Pavée.

Comment chacun peut-il encore se retrouver au milieu des pressions quotidiennes: crises financières, dérèglement climatique, stress et harcèlemnt au travail, incertitudes, souffrances personnelles et relationnelles, angoisses au présent et crainte de l'avenir... de quoi perdre le sens de tout! Claude Meynckens nous propose de réfléchir ensemble sur cette question en partant du postulat que chacun est bien plus riche qu'il ne peut le croire. Ainsi, au-delà des pressions dont il est objet, se pose avant tout la question: qui voudrait-il être? Autrement dit, pour se retrouver en cette période, ne faudrait-il pas déjà se rappeler la crise de l'identité personnelle.

Entrée Libre et Gratuite!

 

Mission "ESP" aux Gonaïves (octobre 2010)

Actions et projets aux Gonaïves-Haïti

L’association Ecoute et Solidarité Protestantes (ESP) a pour vocation d'apporter une aide humanitaire à toute personne sans distinction, et d’organiser des activités d’expression culturelle et de soutien au lien social.

En France, elle travaille surtout à l’aide de proximité dans la région toulousaine : écoute, soutien, accompagnement et aides diverses aux personnes.

A l’étranger, l’association œuvre en faveur des enfants défavorisés de la ville des Gonaïves, située dans le nord-ouest d’Haïti (350 000 habitants).

Fort de 8,5 millions d’habitants, Haïti est un beau pays, très contrasté, mais qui souffre d’importants problèmes politiques et économiques, aggravés par des catastrophes naturelles récurrentes.

Depuis plusieurs années, l’association ESP y apporte un soutien régulier aux actions du Docteur Claire Chappuis, une toulousaine bénévole au sein de l’ONG « Eben-Ezer des Gonaïves » depuis 1985.

En 2010, ESP a envoyé sur place son vice-président Maurice Raetz, du 4 au 25 octobre : cette mission en Haïti nous a permis de mieux comprendre le fonctionnement de l’ONG Eben-Ezer (voir §1), de constater la réalité des actions soutenues depuis le séisme (voir §2), mais aussi d’identifier des projets à promouvoir (voir §3).

 

 

I. L’ONG Eben-Ezer des Gonaïves

Née il y a une quarantaine d’années, la « Mission Eben-Ezer des Gonaïves » est une ONG locale - reconnue par l’Etat haïtien depuis 1986 - dont le personnel se compose principalement de nationaux, assistés de quelques étrangers dont le Dr Claire Chappuis.

Au fil des années, cette ONG a acquis trois terrains : dans la ville des Gonaïves au « Collège Eben-Ezer », à 6 km à l’entrée de la ville, au lieu-dit « la Savane de l’espoir » (500 hectares) et à 15 km au sud-est, à Lacroix. L’ONG a construit une école sur chacun de ces terrains, et gère actuellement plusieurs structures : une université, un hôpital, un camp de réfugiés, etc.

Le Collège Eben-Ezer des Gonaïves compte aujourd’hui 800 élèves, de la maternelle au bac, et prodigue un enseignement selon le système haïtien. L’accès à cet établissement est payant, mais 12 à 15 % des parents ne peuvent pas régler la scolarité de leurs enfants. 700 élèves sont nourris chaque midi avec l’aide du PAM (Programme Alimentaire Mondial). L’établissement a reçu les félicitations du Ministère de l’éducation haïtien pour son organisation et ses bons résultats aux examens. Il est en cours de restauration car il y a eu 1,80 m d’eau dans ses locaux lors des cyclones de 2008, comme dans toute la ville des Gonaïves. La salle informatique, déplacée au 1er étage, est en cours de réfection, et il est prévu d’installer prochainement un laboratoire de physique et chimie. En revanche, le système de filtration et purification d’eau qui avait été installé par la coopérative scolaire en 2008, est encore aujourd’hui hors service par manque de moyens, alors qu’il permettrait d’aider financièrement l’école.

L’Ecole Pilote Internationale (EPI), située à la Savane de l’espoir, fonctionne selon le système français, avec inscription au CNED (Centre national d’éducation à distance). Cette école compte 102 élèves, de la maternelle à la terminale, et enseigne le créole, le français et l’anglais, en plus des autres matières. Seuls 15 à 20% des parents peuvent financer l’école. Les locaux sont vétustes, sans électricité, et la cour, pleine de cailloux, est dangereuse pour les enfants.

 

 

 

L’école à Lacroix fonctionne selon le système haïtien, avec 50 enfants, des niveaux primaire et secondaire.

L’Université Chrétienne d’Haïti (UCH) compte actuellement 8 branches : Agronomie, Santé (Soins infirmiers et Médecine, voir p. 4), Communication-Informatique, Gestion-économie-administration, Education, Génie civil, Théologie, Musique. Plus d’une soixantaine d’étudiants sont internes et logés à la Savane de l’espoir. L’Université est gratuite pour l’année 2010-2011 et ne peut fonctionner que grâce aux dons venant de l’extérieur du pays.

 

 

 

L’hôpital Eben-Ezer fonctionne avec 3 médecins et le personnel nécessaire pour accueillir entre 10 et plus d’une centaine de patients par jour suivant les périodes. Son état est vétuste : il nécessite des travaux pour mieux respecter l’hygiène et un nouvel équipement pour mieux accueillir les patients atteints de pathologies diverses.

Le camp de réfugiés dit « l’Abri » reçoit des familles naufragées des cyclones de 2008 et du tremblement de terre de Port au Prince. Les conditions de vie y sont particulièrement précaires. La construction de petites maisons avec eau, électricité et sanitaires, serait une nécessité.

 

 

 

La CECUCCH, Caisse d’épargne et de crédit de l’union des coopératives chrétiennes d’Haïti, est une caisse de micro-crédit qui fonctionne depuis 15 ans et est formée de 23 succursales comptant plus d’une centaine d’adhérents. Chacune d’entre elles détermine le taux, le montant et la durée des prêts. Le capital est constitué par les parts sociales des membres et le droit d’entrée du bénéficiaire d’un prêt. Toute personne peut bénéficier d’un prêt dans la mesure où le projet est estimé rentable.

Une centaine de coopératives scolaires ont été mises en place dans la région des Gonaïves, en raison de la situation économique précaire de la plupart des écoles haïtiennes et du taux croissant d’analphabétisme.

L’ONG Eben-Ezer travaille aussi en collaboration avec plusieurs organisations :

le Service d’entraide et de liaison (SELEEG), composé de plus de 120 responsables de communautés et d’écoles des Gonaïves, qui a joué un rôle important lors de l’arrivée massive de réfugiés de Port au Prince, pour la distribution des fonds nécessaires à l’achat de nourriture ;

USAID WINNER, Centre de formation et de développement durable pour la production de produits agricoles ;

la Fondation CODENOUH France, en lien avec l’association CODENOUH Haïti, dont l’objectif est d’apporter une assistance à la reconstruction d’Haïti sur les plans de l’éducation, de la santé, de la culture, de l’économie...

Il faut souligner que l’ONG Eben-Ezer s’est considérablement développée au cours des années, malgré les difficultés politiques, administratives, climatiques et autres. Ceci montre le dynamisme de ses dirigeants haïtiens et du Dr Claire Chappuis qui joue un rôle important dans la gestion des projets.

 

II. Actions soutenues par ESP

L’association ESP apporte un soutien régulier aux actions du Docteur Claire Chappuis, qui œuvre bénévolement depuis plus de 25 ans au sein d’Eben-Ezer, d’abord comme médecin, puis surtout comme secrétaire exécutive de l’ONG, mais aussi comme animatrice et éducatrice.Cette action humanitaire régulière repose sur des dons venant de particuliers ou associations, ainsi que sur des recettes de concerts organisés dans la région toulousaine.

ESP appuie également le parrainage d’enfants scolarisés au sein de l’EPI, permettant de prendre en charge les frais scolaires. Il s’agit là d’un soutien personnalisé, mais les fonds recueillis permettent de soutenir la classe dans son ensemble : couvrir ainsi les frais scolaires pour tous les enfants, leur procurer les fournitures scolaires, un repas par jour et les soins de santé de base. Une dizaine d’enfants sont ainsi parrainés via notre association depuis la rentrée 2009/2010.

Au-delà de cette action régulière, ESP se mobilise dans des situations d’urgence : ce fut le cas lors des inondations de 2004 et 2008, ou encore du séisme du 12 janvier 2010. La région des Gonaïves n’a certes pas été touchée directement par le séisme, mais elle a accueilli de nombreuses victimes de Port-au-Prince.

L’association ESP s’est engagée dans l’aide aux sinistrés, en soutenant le plan d’urgence de l’ONG Eben-Ezer : soins médicaux, soutien aux familles hébergeant des réfugiés, accueil d’enfants et étudiants dans les structures éducatives de la ville des Gonaïves, dédouanement de containers d’aide… Constatant que la situation restait dramatique plusieurs mois après le séisme, ESP a aussi renforcé son soutien aux écoliers et aux étudiants à la rentrée 2010.

Par ailleurs, pendant le séjour en Haïti de Maurice Raetz, vice-président de l’association, plusieurs actions ont pu être lancées sur le Campus Eben-Ezer (Savane de l’espoir) avec la participation financière d’ESP : remise en état des installations d’eau et d’électricité et amélioration des conditions d’accueil des étudiants internes.

L’installation d’eau potable ne fonctionnait plus depuis les inondations de 2008. Seule une petite pompe alimentait deux maisons et des citernes ; l’eau était transportée au moyen de seaux sur 100 à 300 mètres de distance. ESP a financé l’achat d’une nouvelle pompe, et grâce au travail bénévole de plusieurs personnes, dont Jacquie Yapoudjian de l’association ADRIEL de Montauban, l’installation a été remise en service fin 2010, permettant d’alimenter en eau potable environ 200 personnes, ainsi que l’hôpital.

 

 

L’installation électrique était très vétuste et dangereuse. Il a été décidé de réparer la ligne principale et de poser des boîtes sécurisées à partir desquelles il sera possible de créer ou rétablir des lignes secondaires, pour alimenter notamment les écoles maternelle et primaire. Aujourd’hui les travaux de réfection de la ligne principale sont terminés.

L’Université accueille plus de 180 étudiants cette année. Une soixantaine d’entre eux, dont plus d’une vingtaine viennent de Port au Prince, sont logés à la Savane de l’espoir. Des travaux d’aménagement se sont avérés indispensables pour l’accueil de ces étudiants internes.

III. Perspectives

L’association ESP se mobilise pour une action humanitaire plus régulière et durable en Haïti. Elle a pour cela identifié trois projets à soutenir, en concertation avec le Dr Claire Chappuis, et repéré des axes de développement à promouvoir.

1) Soutien aux écoles

Ce projet concerne l’EPI et le Collège Eben-Ezer : renforcement du parrainage d’écoliers, soutien pédagogique à l’éducation et à la formation.

 

 

2) Section Santé de l’UCH et Hôpital Eben-Ezer

A la rentrée 2010, suite au séisme ayant endommagé les structures éducatives de Port au Prince, l’Université a mis en place une nouvelle section Santé – soins infirmiers et médecine – aux Gonaïves, en collaboration avec l’hôpital Eben-Ezer.

• La section Santé a besoin d’un soutien pédagogique, d’un renfort en enseignants (médecine, soins infirmiers), ainsi que d’un appui financier pour les étudiants en difficulté, notamment ceux venant de Port au Prince.

• L’hôpital Eben-Ezer manque d’équipements (de radiographie, échographie) et de personnes bénévoles, qualifiées et motivées pour relancer l’activité.

• Des partenariats avec des centres de soins et centres de formation de Toulouse ou des environs sont recherchés.

 

 

3) Remise en état des équipements

Il s’agit de poursuivre les travaux de remise en état des équipements d’alimentation en eau et électricité de l’ONG Eben-Ezer, à la Savane de l’espoir : ces travaux bénéficieront à l’école, à l’hôpital, au camp de réfugiés...

4) Projets à étudier

Plusieurs pistes de développement sont à approfondir et à promouvoir :

• Mise en place d’un pensionnat pour écoliers, pour favoriser la scolarisation d’enfants en difficulté (coût estimé à 50 000 € pour la construction d’un bâtiment neuf).

• Jardins potagers avec arrosage goutte-à-goutte, sur le site de la Savane de l’espoir, pouvant couvrir les besoins de près de 200 personnes.

• Organisation de « séjours humanitaires » à Eben-Ezer (éducateurs, enseignants, personnel médical ou paramédical, entrepreneurs, bricoleurs, etc.), avec possibilité d’hébergement pour 50 € la semaine, par personne.

Nous remercions d’avance toutes les personnes et institutions qui apporteront leur contribution aux actions et projets présentés dans ce document.